ce soir, c'était magret-pommes de terre sarladaises au menu chez stache

un peu de préparation donc

& de fait la radio avait droit de cité dans la cuisine

ça a commencé avec alain bedouet

sujet : la garde à vue

énorme le bedouet

c'est le journaliste-présentateur, celui qui organise le débat entre ses différents invités & les auditeurs au téléphone ; son rôle n'est en principe pas de prendre partie

mais c'est plus fort que lui, le alain a des principes & face à un commissaire divisionnaire droit  dans ses bottes, ce bon vieux moustachu, fumeur invétéré, s'est mis à mugir & a comparé la police française à une milice d'état dictatorial, pas moins

c'était bon

l'emportement faisait suite à un appel d'auditeur, médecin de son état, qui expliquait comment il avait fini en garde à vue après avoir demandé à des vaches pourquoi elles maltraitaient sans raison un individu de type ena (e, je sais plus, mais na, ça veut dire nord-africain)

pour le commissaire-divisionnaire présent, c'est un délit : trouble à l'ordre publique

bref, je passe, les gardes à vue ont été multipliées par 3 en dix ans, mais putain, comme dirait le facteur chez joey, si la police nous protège, qui nous protège de la police ?

& puis quitte à redorer le blason de france inter, alain b. que j'ai parfois égratigné pour son endurance méritait bien un petit cirage de pompes

on va continuer dans le cirage de pompes

puisque vous tenez à kathleen, chers lecteurs (vous êtes 3, c'est déjà ça), kathleen vient à vous

sujet ce soir : la ressortie de théorême de pasolini

c'était chouette

grâce aux archives chères à janot, on a entendu en français pier paolo parler de son doux pays, comment il sombrait dans le consumérisme & comment lui à travers ses films cherchait à secouer le cocotier

en t'écoutant, pier paolo, je pensais à l'italie d'aujourd'hui dont tu serais fier je pense, mais aussi à tes pendants dans le cinéma français, des réalisateurs qui prendrait part au débat politique autrement que pour défendre hadopi, des réalisateurs qui seraient non pas des citoyens, mais des agitateurs, des provocateurs, bref des artistes

ben je cherche encore

lioret peut-être me citerez-vous

mais c'est du cinéma pour dossier de l'écran ça, pour mardi soir, pour qu'on en reparle à la cantine

nan, moi je veux du cinoche qui dérange, qui gêne, qui met mal à l'aise, du cinéma qui met en désaccord les gens qui le sont généralement, d'accord

j'en trouve pas, putain

aidez-moi

me vient quand même bruno dumont avec ses 2 premiers films, j'avoue que j'ai lâché l'affaire depuis

je dis ça, c'est juste de pauvres errements du soir que cette bonne vieille radio arrive quand même toujours à me faire émettre

en réaction à ma colère du dernier post

d'autant que j'ai fini par l'écouter le masque consacré au cinéma, hier soir, avec une semaine de retard !

hé ben je suis pas resté jusqu'au bout, ben non, il y avait barfly sur arte

un hank, même en mickey, ça ne se rate pour rien au monde !