05 mars 2010

gainsbourg, vies à chier au cinéma

pour commencer, le scoop du film

1 film ?

en fait, non, d'abord dire que ce n'est pas 1 film

mais une succession de scènes inégales

c'est fait

alors le scoop

ben gainsbourg, il a aimé 3 femmes dans sa vie, les 3 b, et puis il souffrait de schizophrénie comme le héros de stevenson, même qu'il en a fait une chanson

nan ?

si

putain, énorme le sfar ce qu'il nous apprend

j'étais sur le cul

ben alors qu'est-ce qui va pas dans son film

tout, absolument tout

les acteurs sont pitoyables, ils ne sont absolument pas dirigés

comment expliquer sinon que certains soient dans l'imitation & d'autres dans l'interprétation

je n'arrive même pas à croire que la scène dans laquelle sara forestier imite france gall ait pu être conservée (michel berger doit se retourner dans sa tombe)

mais j'aurai pu citer chabrol, gordon (pauvre birkin), katerine (je préfère tousser que de dire du mal), sfar lui-même qui a l'outrecuidance de singer brassens (un peu de modestie mon pote, c'est ton premier film)

mais on me dit que elmosnino est formidable

c'est vrai, il l'est, mais il ne le doit qu'à lui-même
c'est le gainsbourg d'elmosnino qu'on voit à l'écran
celui d'un acteur qui joue le rôle d'un chanteur tel qu'il le perçoit
tout sauf un clone en somme ou une marionnette, comme l'est par exemple casta
c'est la seule réussite de l'oficud (objet filmique identifié comme une daube)
& c'est insuffisant

quoi d'autres ?

l'omniprésence de gainsbarre ("la gueule" pour sfar, c'est plus classieux aurait dirait serge), une sorte de marionnette en latex, le mauvais génie de l'amoureux de mary-lou
dès le début, il était là, il faut se le dire
alors on doit se le farcir, jusqu'à l'overdose
c'est la caution psychologique du film
là encore, je tire mon chapeau
que c'est brillant

sinon, on a tout dit sur la timidité maladive du jeune serge
& bien figurez-vous qu'enfant, c'était un effronté
qui troussait les modèles à 12 ans
mouais, je ne suis pas biographe officiel de gainsbourg, mais bon, je demande à voir
1 petit coup de fil à gilles verlant peut-être

& puis des scènes d'une lourdeur rarement vue
quand l'homme à la tête de chou perd son père,
il perdra ensuite jane,
& définitivement la boule,
sfar nous inflige la fusion entre le docteur gainsbourg et mister gainsbarre qui ne font plus qu'un à partir de ce moment du film
imaginez le pauvre éric affublé d'une péninsule & de 2 énormes portugaises en latex
on appelle ça du jusqu'au boutisme, mossieu !
moi j'appelle ça du gros foutage de gueule

& puis quid du génie de  l'homme à la tête de chou, moitié légume, moitié mec ?
de ses textes ?
de sa musique ?
qui est l'artiste gainsbourg ?
comment composait-il, comment écrivait-il ?
ben ça mon loulou, j'en sais foutre rien, j'étais pas là, aurait répondu sfar
ah, ouais
allez, un petit exemple

scène 1 : bardot après l'amour en pleine nuit demande au poinçonneur des lilas de lui composer la plus belle chanson d'amour
scène 2 : au petit matin, bardot se réveille & serge lui joue le morceau (je t'aime moi non plus of course)
applaudissements
on appelle ça l'art de l'ellipse ou comment fuir la difficulté de peur qu'elle ne se sauve

& puis la fin
une succession de faits connus par tous
des vignettes, rien de plus, aucune vue de l'intérieur
gainsbourg en jamaïque
heu, ben ils fumaient tous des pétards
gainsbourg à strasbourg ("je suis un insoumis" devant un parterre de paras)
le même reportage qu'au 20 heures
aux armes etcétéra...

au fait, être un insoumis, c'est habiter dans un hôtel particulier du XVIème, dis-moi joann, faudra que tu m'expliques, t'as bien une idée là-dessus ou c'est juste une hagiographie ton machin héroïque

bon je vais arrêter, parce qu'à force de rester assis, j'ai les hémorroïdes qui commencent à siffler,
en disant que si la beauté des laids, des laids se voit sans délai, délai
la laideur des autres, des autres se voit dans les même délais

ps : on a le droit d'écouter la musique de serge gainsbourg même si on n'a pas vu le film de joann, si, si...

Posté par l etre majuscule à 23:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur gainsbourg, vies à chier au cinéma

    depuis mars

    pas de film depuis mars 2010 ?

    Posté par aussi, 09 août 2010 à 14:10 | | Répondre
  • rien

    -

    Posté par rien, 21 septembre 2010 à 05:56 | | Répondre
  • super rien

    - -

    Posté par rien, 21 septembre 2010 à 18:10 | | Répondre
Nouveau commentaire