stache-man, le vengeur staché !

30 mai 2011

mon héron

putain

fait chier

gil scott est mort

Posté par l etre majuscule à 23:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]


25 avril 2011

vu sur le site de libé ce matin

"Chez les ouvriers, Marine Le Pen est plus populaire que Sarkozy et DSK"

"36% des personnes interrogées accorderaient leur suffrage à la présidente du FN au premier tour de la présidentielle, 17% choisiraient le directeur général du Fond monétaire international et 15% le président Nicolas Sarkozy"

heureusement qu'il y en a de moins en moins

ps : on était tellement de gauche, hein christophe


Posté par l etre majuscule à 11:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2011

lettre à la réunion

Depuis que je suis loin de toi
Je suis comme loin de moi
Et je pense à toi tout bas
Tu es à onze heures de moiIMG_0852
Je suis à des années de toi
C’est ça être là-bas

Oui, j’ai le mal de toi parfois
Même si je ne le dis pas
L’amour c’est fait de ça

La différence,
C’est ce silence
Parfois au fond de moi

Il était une fois
Toi et moi
N’oublie jamais ça
Toi et moi !

ps : thank u michel polnareff, u're the big one

 

Posté par l etre majuscule à 19:31 - Commentaires [4] - Permalien [#]

15 novembre 2010

gîte de france réinvente les fêtes de fin d'année

c'est trop cool cette année les fêtes de fin d'année
gîte de france invente un nouveau concept
"passe le 25 et le 1er janvier dans ta voiture !"
pour le déjeuner de noël, ben t'arrives à 17h00 et tu sers des chips et du poulet froid & le tour est joué
et le 1er bah tu fais la fête jusqu'à 9h30 & à 10h00, même pas bourré, tu plies les gaules
ça se passe comme ça à gîte de france
on loue du samedi au samedi ou du samedi au samedi

Posté par l etre majuscule à 13:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 octobre 2010

el pibe de oro

aujourd'hui, diego armando maradona a 50 ans

mes pensées se dirigent vers ce footballeur-philosophe

happy birthday to you, el diez !

Diego_Maradona_wallpaper_444

ps : c'est con, à 2 jours près, le gus serait né le même jour que le plus petit des grands hommes...

Posté par l etre majuscule à 14:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]


16 octobre 2010

manifestation d'aujourd'hui

hortefeux appelle la police à la retenue

ps : c'est pas une bonne nouvelle ça ?

Posté par l etre majuscule à 12:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 septembre 2010

y aura-t-il de la farine à noël ?

ou petit manuel de l'échangisme

si tu as un faible pour la gonzesse d'un ami
& que tu penses que ce dernier en pince également pour ta moitié
les lignes qui suivent sont pour toi

la csp d'abord
faut taper dans le haut de gamme
ancienne gymnaste ayant participé au jo et joaillier pour les dames
gourou du feng shui et créateur de site internet pour les hommes

mais passons au principal
si ta femme est blonde
la sienne devra être brune
bah ouais putain, l'altérité c'est important

cette remarque vaut également pour les hommes
si c'est toi le brun, celui dont la femme est blonde donc, si tu me suis bien, il te faudra être baraqué
si t'es le blond, celui dont la femme est brune, si tu me suis toujours, il te faudra être richement tatoué, mais bien hein, pas qu'à moitié
il vous faudra, vous les hommes, afficher une virilité certaine
les femmes sont fragiles, on le sait bien, d'ailleurs elles pleureront, tu verras

vos enfants respectifs devront par un moyen ou un autre découvrir vos ébats
ce qui ne devra pas vous inquiéter plus que ça
ce qui leur importe, c'est votre bonheur avant tout, et quand bien même devriez-vous les délaisser pour cela

ta casba maintenant
une maison avec jardin dans paris, pas moins

ta caisse
un break volvo ou un espace renault

ton appareil photo
un reflex nikon

ton téléphone, ton lecteur mp3, ton pc portable
un i-phone, un ipod, un macbook
steve jobs est grand

si t'es allergique au gluten, t'es mal
la partie de jambes en l'air, 4 paires, on est bien d'accord, sous un déluge farineux est conseillée avec force pour raffermir les liens

dernière remarque, mais d'importance
il te faudra aimer le ping pong
enfin au début
hé oui, avant toute partie carrée,
la tournante pongistique s'impose
on appelle ça un avant-goût
ce qui te permettra par la suite
quand tout capotera
(ben oui, faut pas rêver, tout a une fin, la vie c'est trop moche, on peut pas vraiment faire ce qu'on veut, ça dérange trop)
de réduire ladite table en miettes avec une hache
enfin si c'est toi le brun baraqué

ps : happy few à tous

ps2 : virginie despentes a dit dans technikart : " le livre, ça reste pour moi l'intimité la plus intelligente"

Posté par l etre majuscule à 23:07 - Commentaires [5] - Permalien [#]

comment tu t'appelles ? ta gueule

liberté mon cul

égalité mon cul

fraternité mon cul

ps : nan mais laissez moi

Posté par l etre majuscule à 12:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 mars 2010

gainsbourg, vies à chier au cinéma

pour commencer, le scoop du film

1 film ?

en fait, non, d'abord dire que ce n'est pas 1 film

mais une succession de scènes inégales

c'est fait

alors le scoop

ben gainsbourg, il a aimé 3 femmes dans sa vie, les 3 b, et puis il souffrait de schizophrénie comme le héros de stevenson, même qu'il en a fait une chanson

nan ?

si

putain, énorme le sfar ce qu'il nous apprend

j'étais sur le cul

ben alors qu'est-ce qui va pas dans son film

tout, absolument tout

les acteurs sont pitoyables, ils ne sont absolument pas dirigés

comment expliquer sinon que certains soient dans l'imitation & d'autres dans l'interprétation

je n'arrive même pas à croire que la scène dans laquelle sara forestier imite france gall ait pu être conservée (michel berger doit se retourner dans sa tombe)

mais j'aurai pu citer chabrol, gordon (pauvre birkin), katerine (je préfère tousser que de dire du mal), sfar lui-même qui a l'outrecuidance de singer brassens (un peu de modestie mon pote, c'est ton premier film)

mais on me dit que elmosnino est formidable

c'est vrai, il l'est, mais il ne le doit qu'à lui-même
c'est le gainsbourg d'elmosnino qu'on voit à l'écran
celui d'un acteur qui joue le rôle d'un chanteur tel qu'il le perçoit
tout sauf un clone en somme ou une marionnette, comme l'est par exemple casta
c'est la seule réussite de l'oficud (objet filmique identifié comme une daube)
& c'est insuffisant

quoi d'autres ?

l'omniprésence de gainsbarre ("la gueule" pour sfar, c'est plus classieux aurait dirait serge), une sorte de marionnette en latex, le mauvais génie de l'amoureux de mary-lou
dès le début, il était là, il faut se le dire
alors on doit se le farcir, jusqu'à l'overdose
c'est la caution psychologique du film
là encore, je tire mon chapeau
que c'est brillant

sinon, on a tout dit sur la timidité maladive du jeune serge
& bien figurez-vous qu'enfant, c'était un effronté
qui troussait les modèles à 12 ans
mouais, je ne suis pas biographe officiel de gainsbourg, mais bon, je demande à voir
1 petit coup de fil à gilles verlant peut-être

& puis des scènes d'une lourdeur rarement vue
quand l'homme à la tête de chou perd son père,
il perdra ensuite jane,
& définitivement la boule,
sfar nous inflige la fusion entre le docteur gainsbourg et mister gainsbarre qui ne font plus qu'un à partir de ce moment du film
imaginez le pauvre éric affublé d'une péninsule & de 2 énormes portugaises en latex
on appelle ça du jusqu'au boutisme, mossieu !
moi j'appelle ça du gros foutage de gueule

& puis quid du génie de  l'homme à la tête de chou, moitié légume, moitié mec ?
de ses textes ?
de sa musique ?
qui est l'artiste gainsbourg ?
comment composait-il, comment écrivait-il ?
ben ça mon loulou, j'en sais foutre rien, j'étais pas là, aurait répondu sfar
ah, ouais
allez, un petit exemple

scène 1 : bardot après l'amour en pleine nuit demande au poinçonneur des lilas de lui composer la plus belle chanson d'amour
scène 2 : au petit matin, bardot se réveille & serge lui joue le morceau (je t'aime moi non plus of course)
applaudissements
on appelle ça l'art de l'ellipse ou comment fuir la difficulté de peur qu'elle ne se sauve

& puis la fin
une succession de faits connus par tous
des vignettes, rien de plus, aucune vue de l'intérieur
gainsbourg en jamaïque
heu, ben ils fumaient tous des pétards
gainsbourg à strasbourg ("je suis un insoumis" devant un parterre de paras)
le même reportage qu'au 20 heures
aux armes etcétéra...

au fait, être un insoumis, c'est habiter dans un hôtel particulier du XVIème, dis-moi joann, faudra que tu m'expliques, t'as bien une idée là-dessus ou c'est juste une hagiographie ton machin héroïque

bon je vais arrêter, parce qu'à force de rester assis, j'ai les hémorroïdes qui commencent à siffler,
en disant que si la beauté des laids, des laids se voit sans délai, délai
la laideur des autres, des autres se voit dans les même délais

ps : on a le droit d'écouter la musique de serge gainsbourg même si on n'a pas vu le film de joann, si, si...

Posté par l etre majuscule à 23:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 février 2010

je ne dirai qu'un mot

cette semaine, j'ai vu des films
fish tank,
looking for eric,
sin nombre,
in the air,
burn after reading,
a serious man,
les regrets,
mlle chambon,
un dernier pour la route,
gainsbourg vie héroïque,
l'ennemi intime,

mais une seule fois du cinéma

TETRO

Posté par l etre majuscule à 13:48 - Commentaires [3] - Permalien [#]